Irma : 200 gendarmes attendus en renfort pour sécuriser Saint-Martin, théâtre de pillages

Les premiers vols sont le fait de familles sans ressources qui cherchent à trouver de l’alimentation et des produits de première nécessité.

Le passage furieux de l’ouragan Irma a laissé place à des scènes de pillages sur l’île de Saint-Martin. Des premières séquences de prédation ont été constatées dès mercredi matin, peu avant 11h30, dans les quartiers d’Orléans et de Marigot. Selon nos informations, les gendarmes ont réussi à mettre certains voleurs en fuite et en ont interpellé d’autres en flagrant délit.

De source informée, on précise que le profil des personnes appréhendées n’est pas forcément celui de délinquants classiques. «Nous sommes face à des gens qui sont dans le besoin et qui n’ont plus de ressources depuis que l’électricité et l’eau potable ont été coupées», témoigne un militaire qui évoque des «actes souvent liés à une phase de survie, pour nourrir sa famille. De fait, les commerces ciblés vendent avant tout de l’alimentation de base et des produits de première nécessité…»

Depuis peu, les forces de sécurité observent cependant l’apparition de «vols d’opportunité» au travers d’autres types de pillage, qui restent cependant marginaux. Deux hommes, dont un adjoint de sécurité de la Police aux frontières (PAF), ont été arrêtés alors qu’ils dérobaient du matériel nautique. Lors de son point presse à Pointe-à-Pitre, la ministre des Outre-mer Annick Girardin a elle-même confirmé que «des pillages ont été réalisés juste devant (s)es yeux […], ça prenait plusieurs formes».

«La situation reste contenue», assure un observateur, avant d’insister: «il n’y a pas de scène de guerre civile». La difficulté pour les forces de l’ordre est encore d’investir une «zone touchée à plus de 90 %» et d’emprunter des «voies d’accès difficilement praticables, voire fermées» en raison des intempéries.

400 gendarmes vont être à pied d’œuvre

Au total, près de 400 gendarmes vont être à pied d’œuvre sur zones. Outre les 200 militaires déjà affectés dans les périmètres sinistrés, une centaine d’hommes, partis jeudi soir de l’aéroport de Roissy, ont atterri dans la nuit – heure locale – à Pointe-à-Pitre où ils étaient en transit vendredi pour rejoindre Saint-Martin et, pour une quinzaine d’entre eux, Saint-Barthélemy. Outre des gendarmes mobiles, dont la mission est de protéger les sinistrés et les biens, une vingtaine d’experts de l’Unité de gendarmerie d’identification des victimes de catastrophes (UGIVC) sont du voyage.

Par ailleurs, cent autres gendarmes sont en train de se redéployer depuis la Guadeloupe, sachant que l’aérodrome de Saint-Martin est encore difficilement accessible: les avions peuvent, semble-t-il, atterrir, mais pas redécoller dans de bonnes conditions. Alors que deux hélicoptères survolent la zone pour transmettre aux autorités des images aériennes en 3D, la mise en place du dispositif pourrait durer encore plusieurs heures.

Irma : 200 gendarmes attendus en renfort pour sécuriser Saint-Martin, théâtre de pillages
Rate this post

About Jean-Christophe Pareyre

Diplômé du Centre de Formation des Journalistes (CFJ), spécialité web/presse écrite, je m'intéresse au web en général et aux réseaux sociaux en particulier.

View all posts by Jean-Christophe Pareyre →

Laisser un commentaire